Pourquoi ce projet ?

Les milieux agropastoraux traditionnels abritent une biodiversité remarquable. Malheureusement ceux-ci sont menacés:

  • D'abandon, lorsqu'ils sont agronomiquement difficiles à valoriser. Ils disparaissent par enfrichement, reboisement naturel ou artificiel.
  • Par les pratiques agricoles modernes intensives, là où un potentiel agronomique fort existe. La biodiversité y est mise à mal par la fertilisation, le labour, les pesticides... 

Pour plus d'information : sylviane.gilmont@natagora.be

Pour les sauvegarder

Il faut y maintenir l'élevage, une forme d'agropastoralisme, respectant certaines pratiques:

  • absence de biocides (pesticides, herbicides, traitement phyto en pâture)
  • absence de fertilisation (car la fertilisation diminue la diversité botanique)
  • pâturage et/ou fauches qui tiennent compte des espèces à protéger
  • prairie permanente (non-labour)
  • maintien de zones refuges, des éléments du maillage écologique

Les moutons sont, pour ce faire, des partenaires idéaux. Seules des races rustiques sont à même de se satisfaire de ces pâturages et de ces foins somme toute frugaux. Ces races sont aussi menacées et pourtant tellement mieux adaptées à une agriculture durable.

Soutenir les éleveurs gestionnaires de milieux naturels

Valoriser la laine fleurie des moutons qui pâturent en Réserves naturelles et Natura 2000 (UG2), qui mangent foins et herbages des prairies à haute valeur biologique, c’est soutenir un élevage favorable à la biodiversité.

En effet, malgré les primes, les éleveurs gestionnaires de ces sites naturels nouent difficilement les deux bouts. Pour les soutenir, Natagora s’implique dans la valorisation de leur laine, impulsant des créations locales et assurant leur promotion. Une valorisation qui passe par un meilleur prix payé pour les toisons. Évitant que celles-ci ne partent en vrac à très bas prix vers la Chine…

 

Newsletter de Natagora

Vous souhaitez recevoir notre newsletter ?

Se désinscrire de notre newsletter